Forum de RPG sur l'univers de Hunger games
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 bane meropia fawnknee.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

๑ posts : 6
๑ à panem depuis : 19/12/2013
๑ âge personnage : dix-sep
๑ localisation : district 5, village des vainqueurs

MessageSujet: bane meropia fawnknee.   Jeu 19 Déc - 18:38


bane meropia fawnknee


Bane Meropia Fawnknee. C'est mon nom. "Fléau", mon nom me convient si bien. J'ai 17 ans. Je viens du District 5. Je suis un mentor. C'est à quoi je suis réduite depuis 2 ans. Depuis mes Jeux. Les soixante-dix-sept Jeux de la Faim.
Je suis née dans le District 5, le district de l'alimentation électrique et des usines, dans le quartier le plus pauvre, entourée de mes parents, 3 frères et 1 soeur. C'est une zone aride et sèche, où rodent des bêtes sauvages comme des coyotes ou des mutations génétiques. L'eau est rare et le sol est desséché. Impossible de cultiver. On ne peut donc que élever quelques animaux. Du coup, dans mon enfance, j'ai passé le plus clair de mon temps à crever la dalle et à élever des cochons.
Je n'ai pas beaucoup changé, depuis ce temps là. J'ai des cheveux roux lisses, coupés en désordre, des yeux bleu-gris et des taches de rousseur partout sur le visage. Grande et musclée. Le seul aspect qui a changé est que l'on ne voit plus trop mes côtes et mes os. Maintenant que j'ai de la nourriture à foison, c'est réglé.
Mon caractère est radicalement différent. Faux et effacé. Depuis les Jeux en tout cas. Avant, j'étais malicieuse, gentille et pétillante. Maintenant, même si j'en ai toujours l'air, je suis triste et morne.
Le Capitole, les Hunger Games, Panem, le District 13, tout se mélange dans ma tête. Je ne le supporte plus. Je veux que ça change. Mais je préfère rester assise sur un fauteuil au Village des Vainqueurs toute la journée. Ah, voilà quelque chose qui n'a pas changé. Mon égoïsme.
Peut-être qu'un jour, ce sera moi qui changerais.



appearence in the mirror




→ Me décrire... Eh bien, j'ai toujours été grande et fine. Je ne suis plus maigre aujourd'hui, du coup, j'ai plus une stature altière que de brindille, du haut de mes 1m72. Malgré le fait que j'ai 17 ans, j'en paraîtrait bien 20. Le soleil tape fort dans mon district, j'ai donc la peau bronzée et couverte de taches de rousseur, des pieds au front. J'ai des cheveux couleur cuivre, roux assez foncé, lisses et souples, mais aussi secs, qui tombent sur mes épaules musclées et ma poitrine menue. J'ai les yeux bleu-gris, de la même couleur que les roches du désert, entourés de cils courts et roux. J'ai un nez retroussé et fin, un visage mince avec des fossettes et les joues un peu creuses, un front de taille moyenne. Ma bouche est bien dessinée, ourlée et pulpeuse, couleur rose sanguin.
Je possède un certain charisme, ce qui plût au Capitole, lors de mes Jeux. Grâce à ça, j'ai pu me mettre les sponsors dans la poche et survivre...

• Dresse-nous ton portrait mental.
→ J'ai toujours été populaire. Petite déjà, les enfants de la rue me suivaient, on jouait tous ensemble, j'étais une sorte de petit chef. Puis j'ai été envoyée aux Jeux. Je me suis faite plus discrète, plus vile, plus rusée. Pour survivre, j'avais bien comprit que ce n'était pas la force, le nombre ou les armes, mais la discrétion et le temps. Je me suis faite invisible. Mais les sponsors n'aimaient pas ça. Alors je me suis alliée avec Rook. On est devenus très proches, et avec lui je pouvais être moi même, sans me soucier de rien. Malgré le fait que l'on soit en pleine tuerie, j'étais heureuse. C'est monstrueux, oui, mais je me sentais bien. On riait, on se fachait, on courait à travées les bois. Puis, il est mort. J'ai vraiment souffert. Pour la première fois, j'ai comprit où j'étais, ce que c'était. J'ai été tellement en colère... Je suis presque littéralement devenue folle de rage. Je les ai tous tués. Mais lorsque j'ai gagné, je me suis rendue compte de ce que j'avais fait. Je suis redevenue la fille de 16 ans horrifiée. Avec le temps, j'ai prit du recul. J'arrive à mettre de côté ces horreurs pou sourire, être jolie, plaire a public. Mais je n'arrive plus à le faire pour de vrai.

• Raconte-nous un épisode de ta vie qui t'a beaucoup marqué.
→ L'arène, évidemment. Ni la Corne d'Abondance, ni les combats, mais ma rencontre avec Rook. Mon premier ami, en quelques sortes.
Il faisait jour et j'avais voyagé toute la nuit. Je m'étais retrouvée près d'une montagne, sur le cours d'eau. J'etais épuisée et morte de faim ; n'a donc essayé de harponner quelques poissons avec une branche. Je n'avais pas assez de force, mon corps avait du mal à suivre et j'avais la nausée. J'ai dû s'écrouler et dormir ainsi, à découvert, le ventre vide, pendant au moins 2 heures. Un tribut aurait pu me massacrer, mais j'ai eu de la chance.
Lorsque je me suis réveillée, j'ai vomi le peu de ce qui restait dans mon estomac : des racines, de la terre, de l'eau. Je pensais que j'allais mourir de douleur, je me suis donc plongée dans l'eau, me laissant aller par le courant.
Rook, qui passait à côté, a vu ce qu'il croyait être mon cadavre. Je n'ai même pas bougé. Il a approché, hésitant, a prit mon sac, a fait demi-tour... Puis s'est retourné. Il avait l'air désolé. Peut-être se disait t'il qu'il ne pouvait pas me laisser là. Je n'ai pas bougé. C'est lui qui l'a fait.
Alors il m'a attrapée, a vu que j'étais vivante. Il a eu pitié ; après tout, je n'étais pas si différente de lui. Il m'a donnée un peu de carotte, de pomme de terre, et m'a redonné de l'énergie, et nous avons décidé par la suite de passer une alliance.

• Parle-nous de la personne qui t'es la plus chère.
→ Ce ne sont ni mes parents, ni mes frères, ni les villageois, ni quiconque dans moins District. En fait, quiconque dans le monde. Parce qu'il est mort.
Il n'était pas extrêmement beau, mais avait un charisme fou. Il n'était pas puissant et baraqué, mais il était rusé et rapide. Il n'était pas riche, mais il était courageux. Il était maigre, avec des cheveux noirs sales, des yeux cernés, leurs pupilles comme deux billes sombres, il avait les joues creuses, des cicatrices dans le dos, des mains fines, il avait cet air grave des enfants qui ont dû grandir trop tôt. Je crois que je l'aimais.
Je ne connaissais pas sa famille, son métier, ce qu'il était avant, ni même son nom de famille. Cela passait après, dans l'arène...
C'était mon ami. Il me faisait rire, pleurer, crier, espérer. Je crois que je l'aimait car c'est grâce à lui que j'ai survécu.
Merci Rook. Je t'aime.



through the facade



• Connais-tu des gens qui ont été tirés au sort lors de la Moisson ?
→ Dans mon District, tout le monde se connaît plus ou moins. Mais j'ai connu des personnes qui sont parties. Elle s'appelait Plum Lightfeet. Elle a été prise un an avant moi. Elle avait 15 ans lorsqu'elle y est morte. Elle n'était pas très gentille, un peu peste, pas très jolie et pas très intelligente, mais elle venait de chez moi. C'est à partir de ce moment-là que j'ai été terrifiée et que j'ai voulu fuir. J'ai appréhendé la Moisson avec une telle force...

• Que penses-tu du renouveau du Capitole ?
→ Très clairement, je m'en fous. Il aurait fallu éradiquer la race de Snow, tuer la dictature dans l'oeuf et à la source. Mais les rebelles ont fini par se dire que c'était pas eux les méchants, alors ils ont préféré épargner une vie plutôt que le reste de l'humanité.
Pff. C'était prévisible. Bande de cons. Snow est un con. Les rebelles sont des cons. Cet abruti de descendant est un con.

• Pour toi, que serait le Panem idéal ?
→ Mon Panem idéal ? Cette ville atroce qui vous emprisonne pour ronger votre raison ? Cette ville qui regorge des pires sous-merdes qui existent ? Cette ville de dictature, de censure et sans liberté ? Cette ville où se déroulent les pires infâmies de notre ère ? Je vais vous répondre.
Mon Panem idéal serait brûlé, rasé, écrasé sous les décombres de sa feue gloire.

• Parle-nous de ta réaction vis-à-vis de la restauration des Jeux.
→ Lorsque j'ai entendu la nouvelle, j'ai été déboussolée. Déboussolée, perdue, désespérée. L'horreur. L'horreur revenait. Encore plus vive que dans mes souvenirs. Je suis sortie de ma villa du Village des Vainqueurs, et j'ai couru. J'ai foncé dans le désert, sans aucune pensée, aucune douleur, aucune idée d'où j'allais. Juste la peur.
J'avais les pieds en sang, les cheveux enmêlés, le visage poussiéreux, mais je n'en n'avais rien à faire. Pas de larmes, pas de plainte, pas de cris, juste une peur immense, viscérale, qui me rongeait de l'intérieur. La peur de revoir l'arène, le Capitole, la foule hurlant bestialement, les tributs, les armes, le sang, la mort.
La peur.

• Penses-tu que les Districts ont eu raison de se rebeller ?
→ Évidemment ! Vous croyez que le soulèvement n'était qu'une simple crise ?
Écoutez, j'ai vu, vécu et suis revenue des jeux. C'est une horreur. Qui serait capable de laisser des enfants aller directement au carnage ? Personne de sain d'esprit. Le Capitole, donc. Les rebelles n'ont évidemment pas accepté...



blood demands always blood.





 Je suis née dans le District 5, au milieu des éoliennes, des usines et des centrales, un jour très chaud de mai. Mon enfance a été tranquille. Bon, on avait beaucoup de mal à finir le mois et on devait se priver, quelques fois, de manger. Mais nous n'étions pas les plus à plaindre.
 Je n'avais pas encore 16 ans quand mon nom à été tiré à la Moisson. Mes parents m'avaient obligée à prendre des tesserae. Nous étions encore 6 en tout, avec mes parents, mon frère de 19 ans, les jumeaux de 11 ans et ma soeur de 4 ans. Je me souviens encore et seulement de ce moment, où l'on m'amena sur le promontoire de l'Hotel de Justice, sous la chaleur écrasante. J'avais mes cheveux roux remontés en couronne tressée, je transpirais dans mon chemisier en coton et ma jupe grise en jute me grattait. J'ai eu le vertige quand l'émissaire du Capitole, un homme tout coloré et pimpant, appela le tribut masculin. Il s'appelait Hyena, il avait 18 ans, il etait fort, trapu.
Je me souviens aussi avoir pensé que j'allais mourir.
 Ensuite, tout est flou. Les défilés, les interviews, les suites luxueuses, les entraînements. Je n'ai rien retenu. Pourtant j'ai essayé d'apprendre à faire du feu, à maitriser les noeuds. Mais c'était sans importance.
J'allais mourir.
 Le jour est alors arrivé. Je suis entrée dans l'arène avec 23 autres personnes qui voulaient ma mort.
J'allais mourir.
 L'arène. Ça, je m'en souviens. Immense vallée délimitée par une crête de montagnes et de pics, où serpentaient des minces cours d'eau entre les pinèdes. Une vue magnifique. Un climat frais. Un soleil doux. Un beau paysage pour mourir.
La Corne d'Abondance était juchée sur un promontoire. Le quart des tributs est mort en étant précipité en bas.
 J'ai réussi a prendre deux sacs, je courais très vite. Des cordes, des fils de cuivre, une pioche et des bandages. Rien de fameux. J'ai survécu en fuyant, en mangeant des racines, des baies et des oiseaux jusqu'à ce que je rencontre Rook, le tribut mâle du district 10.
Il avait 17 ans, des cheveux noirs et des yeux charbon. Nous avons fait alliance, car il admirait ma rapidité et mon ingéniosité, moi j'enviais ses connaissances sur les animaux et les plantes. On s'entendait même bien. Malgré le contexte, il arrivait à me faire rire. C'était mon ami.
Nous n'avons tué personne, du moins directement. Nous avons blessé, ralenti ceux qui voulaient notre mort. Mais nous étions promis de ne jamais, jamais ne faire couler de sang.
 Mais ce jour arriva, celui où les Juges décident de passer à l'action. Où ils veulent du spectacle. L'arène, que l'on croyait innofensive, était un trou de mort. Rook avait pourtant trouvé étrange que les animaux fuient, il avait eu ce pressentiment...mais je l'ai ignoré, j'ai préféré roublier et je lui ai dit qu'on devait se séparer ; moi pour attirer les Carrière ailleurs, lui pour récolter à manger.
J'avais tout juste posé le pied sur le promontoire de la Corne, que les vents ont rugit. Une des montagnes a explosé, et de sa cheminée coulait de la lave brûlante. Mortelle. Les pins étaient des torches enflammées, le sol paraissait onduler sous le magma. C'est allé si vite...Les quart de la vallée fut recouvert. Rook n'a pas eu le temps de fuir. L'hovercraft n'a rien réussi à ramener. Il était en cendres.
Ce jour-là, nous avons découvert que nous étions entourés de volcans en activité.
 Ma tristesse s'est transformée en colère âpre. Beaucoup trop grande pour une fillette aussi jeune. Énorme, dévorante. Je voulais les tuer. Tuer les Carrière qui nous traquaient. Tuer les tributs qui voulaient notre mort. Tuer le Capitole qui nous faisait subir ces Jeux.
Les volcans entraient en éruption au hasard, certains crachant des gaz mortels, d'autres dégageant des nuées ardentes. Le soir, tombaient des pluies de pierres, gouttes d'obsidiennes dans la nuit, aussi sombre qu'elles. Beaucoup de tributs décédèrent à ce moment là, et l'objectif premier n'était plus de tuer, mais de survivre.
Je décidais de passer à l'action. Ma colère était trop grande pour que je la retienne. Il me fallait du sang...
Après avoir tué un District 1, j'ai récupéré un petit revolver. Les sponsors m'ont envoyé 2 balles. 2 balles pour tuer 3 tributs. Ils voulaient un combat épique et long pour finir. J'allais leur donner.
J'ai tué les deux autres Carrière du 2, en leur fichant une balle en pleine tête, froidement. Il ne restait plus qu'un jeune garçon du 12. Il se débrouillait très bien avec les couteaux. Assez bien pour me voler 3 doigts. Mais pas assez pour m'empêcher de lui voler sa vie, en lui fracassant un rocher sur la nuque. Il n'a pas souffert, au moins.
 J'ai gagné. Je saignait de partout, la joue ouverte, j'avais les côtes et le coeur en miettes, mais j'ai gagné. J'ai gagné alors que je pensais mourir, alors que je n'avait que 15 ans. Mais j'avais tué 3 personnes. 3 personnes qui avaient aussi une vie, une famille. 3 personnes pour mes 3 doigts coupés.
On m'a rapatriée au Capitole. J'ai refusé qu'on me mette une prothèse. J'ai gardé ma main comme telle, pour que jamais, jamais je n'oublie ce que j'avais fait.
 Je me suis installée au Village des Vainqueurs. Les 2 premières années, je restais prostrée, errant de pièce en pièce sans sortir de chez moi, sauf pour les Hunger Games où l'on amenait à Panem. Ma famille ne m'a plus approchée. Mes parents ont préféré laisser mon petit frère crever de faim plutôt que d'accepter mes dons. Je suis tombée en dépression une fois, à 16 ans. La morfine m'a aidée. Ensuite, j'ai été nommée pour être mentor, prendre soin de gamins qui allaient se faire massacrer. C'est dur, et étrange. Horrible. Des fois, ils étaient même plus âgés que moi.
Puis il y a eu la rébellion. J'ai cru que cela changerait. On a tous cru que cela changerait. Mais ils ont échoué, et la tragédie se répète. Mon fléau recommence.
  Maintenant, pour me protéger, je suis fausse. Chaque année, je ris au éclats aux interviews, je vante mes stylistes, je pavane dans mes robes sublimes, je sors mon plus beau sourire aux sponsors. Mais au fond de moi, je pleure.



the one i am

Yo ! Je me nomme...bah vous saurez pas ! Mais appelez-moi Iluza.. J'ai 16 ans en avril prochain et je suis en seconde. Que dire...j'adore écrire (j'ai d'ailleurs un projet de roman), dessiner depuis que je sais tenir un crayon, et je me drogue aux livres. J'ai lu la trilogie Hunger Games à l'âge de 12 ans et j'ai adoré. Je me suis inventé un perso, Bane, avec sa petite histoire, et ça a évolué dans mon cerveau étrange. J'ai vu les deux films au cinéma, et "L'Embrasement" m'a tellement scotchée que j'ai repris ma petite Bane...Voilà comment j'ai eu envie de faire un RP HG !
J'ai déjà fait un peu de RP, donc j'ai cherché... Puis j'ai trouvé celui là, qui m'avait l'air sympa et tout... Et je me retrouve ici Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

๑ posts : 6
๑ à panem depuis : 19/12/2013
๑ âge personnage : dix-sep
๑ localisation : district 5, village des vainqueurs

MessageSujet: Re: bane meropia fawnknee.   Jeu 23 Jan - 17:59

Fiche finie.

Les modos ont pas l'air de passer souvent, non ? :#
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

๑ posts : 150
๑ à panem depuis : 11/05/2012
๑ âge personnage : 14 ans
๑ localisation : District 12

MessageSujet: Re: bane meropia fawnknee.   Lun 17 Fév - 9:22

désolé on a pas penser à marquer quelque part qu'on avait fermé le RP :s Mais on compte le remettre sur pieds alors si ça te dit toujours à ce moment-là... Smile Bref vraiment désolé encore une fois :s

___________________________________
"Never forget what you're fighting for..."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



MessageSujet: Re: bane meropia fawnknee.   

Revenir en haut Aller en bas
 

bane meropia fawnknee.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» L'évolution de Bane
» Bane - Le Mercenaire au Masque
» Bane
» Opération sur Kuat
» Fiche de Dereck Olivan

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HUNGER GAMES → Forum de RPG :: let's start by presenting you :: IDENTITY CARDS-
jQuery(document).ready(function() { jQuery('body').append('
'); } );