Forum de RPG sur l'univers de Hunger games
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La Moisson

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

๑ posts : 64
๑ à panem depuis : 13/05/2012
๑ âge personnage : 42 ans
๑ localisation : Capitole

MessageSujet: La Moisson   Dim 5 Aoû - 21:20

Le jour se lève doucement sur le District 2. C'est une journée ordinaire, et pourtant, l'air est comme figé. Aujourd'hui est le jour de la Moisson. Peu après dix heures du matin, les habitants du District affluent vers la grand place, où les techniciens du Capitole achèvent d'installer les hauts-parleurs. Les jeunes de douze à dix-huit ans se rassemblent par tranche d'âge au milieu de la place, tandis que les parents et les enfants trop jeunes pour être tirés au sort sont maintenus derrière les barrières par les Pacificateurs. A dix heures et demie tapantes, l'hôte du District, Phillip Cameron, s'avance sur l'estrade qui surplombe la foule silencieuse et figée.
«Joyeux Hunger Games ! Et puisse le sort vous être favorable.»
Il va ensuite vers les bocaux où sont stockés tous les bulletins, et en tire un dans chaque bocal de verre. Un candidat féminin, un candidat masculin.
«Les dames d'abord ! Le Tribut féminin est Linden Sullivan.»
Il marque une pause pour donner le temps à la foule de digérer son annonce, puis lit le deuxième bulletin pour le Tribut issu de la gent masculine.
«Et maintenant, pour ces messieurs ! Le Tribut masculin est Trevis White.»


Maintenant, chaque habitant du District va devoir poster un RP pour confirmer sa présence aux Hunger Games. S'il ne le fait pas avant le 13 août, un PNJ prendra automatiquement sa place.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

๑ posts : 7
๑ à panem depuis : 20/05/2012
๑ âge personnage : 17 ans
๑ localisation : District 2

MessageSujet: Re: La Moisson   Lun 6 Aoû - 0:36

Aujourd’hui c’est la moisson et comme beaucoup d’habitants moi et ma famille redoutons réellement cette journée. C’est aujourd’hui que nous allons savoir si je suis un tribut ou non. Je ne veux pas, je ne veux pas mourir, je crois que je suis trop jeune... Chaque année je vois des gens mourir, des gens souffrent sous nos yeux et nous ne pouvons rien faire! Cela me révoltait réellement mais qu’est-ce que vous voulez faire? On ne peut parler on doit rester aussi sage qu’un chien que l’on entraine…

Aujourd’hui nous devions nous habiller le plus proprement possible, ma mère la femme la plus merveilleuse au monde décida de ma coiffure, j’avais totalement confiance en elle, elle opta pour plusieurs petites tresses qu’elle tira ensuite en une jolie couette. Elle me passa une robe qui m’arrivait plus au moins en dessous des genoux et elle me donna son collier, un des colliers les plus précieux qu’elle possédait, il avait été passé de générations en générations et me voici l’une des surement dernières générations à l’avoir.

Ma famille fût prête en moins de temps qu’à notre habitude, peut-être que les autres membres de ma famille étaient impatients de voir qui serait tirée ou peut-être savait-il que j’y passerais cette année. J’étais certaine d’y passé, vous savez lorsque vous ressentez quelque chose mais vous ne savez pas quoi? Eh bien, voici ce que je savais. Le temps était arrivé, le temps de l’annonce, nous nous rendions donc à la place principale. Nous étions déjà ici, à 10h30, plusieurs jeunes arrivaient encore, j’espérais pour eux de ne pas être punit pour leur retards, ce qui ne me surprendrait en aucun cas vu la méchanceté du Capitol. Je me place, à coté des jeunes de mon âge, je me place donc entre Katherine et Serena, mes deux seules amies ici, je ne veux pas qu’elles soient tirées… Lorsque l’hôte du District 2 s’avança, je sentis mes muscles ce tendirent, et mes deux amies devenir raides. Il ce mit alors à clamé la phrase typique des Hunger Games : « Joyeux Hunger Games! Et puisse le sort vous être favorable»
Je marmonnai alors pour moi-même :

« le sort ne me sera jamais favorable. Je vais surement mourir si j’y participe…»

Je sentis un coup sur mes côtes, c’est mon amie qui me disait de me taire. Il paraissait heureux de dire qui va mourir dans l’arène. Je le voyais, il allait vers les fameux bocaux, il dit alors que les femmes allaient être les premières à être tirée. J’avais extrêmement peur, j’étais nerveuse et je voulais être six pieds sous terre à ce moment… Il prit le papier et dit le prénom et le nom de la pauvre petite qui allait y passer, et comme le sort n’ai aucunement avec moi, je fus pigée, je regardai derrière moi et vit ma mère fondre en larmes, mon père aussi. Presque toute ma famille excepté mon frère qui lui ce tenait bien droit et me regardait, il me fit signe avec sa tête, un simple hochement, ce simple mouvement vint me prendre droit au cœur et je sus qu’il savait que j’allais être capable de les battre. Mais moi, je ne le croyais pas… mes amies me regardèrent et ce déplacèrent pour me laisser passé, comme la plupart des jeunes, je devais m’avancer vers l’estrade… je pris mon courage à deux mains et je m’avançai. Lorsque je fus arrivé sur l’estrade on me plaça d’un coté. Lorsque l’homme pigea le garçon, je vis le deuxième tribut : un jeune garçon, je lui donnais à peine 14 ans… l’un de nous deux allait mourir et c’est ce qui me faisait le plus peur…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

๑ posts : 64
๑ à panem depuis : 13/05/2012
๑ âge personnage : 42 ans
๑ localisation : Capitole

MessageSujet: Re: La Moisson   Lun 13 Aoû - 8:20

Une fois que les nouveaux Tributs du Deux furent montés sur l'estrade où se tenait leur hôte, Phillip Cameron, celui-ci les félicita d'un murmure avant d'annoncer officiellement :
- Veuillez applaudir nos Tributs de cette année, et leur souhaiter bonne chance !
Quelques applaudissements timides se firent entendre sur la place, mais la population du Deux ne manifestait aucun enthousiasme à voir partir deux jeunes gens pour des Jeux cruels et sans pitié pour les faibles. Phillip se tourna ensuite vers les Tributs qu'il va devoir accompagner et épauler de son mieux au Capitole, et leur dit :
- Suivez-moi maintenant, il est temps de rejoindre les salons où vous pourrez faire vos adieux à vos familles.
Dociles, les Tributs le suivirent dans les couloirs de la Mairie du Deux. L'hôte ouvrit une porte, y fit entrer le Tribut masculin, avant de diriger le Tribut féminin dans une autre pièce. Ils auraient une heure, pas une minute de plus, pour faire leurs adieux à ceux qui seraient venus les voir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

๑ posts : 7
๑ à panem depuis : 20/05/2012
๑ âge personnage : 17 ans
๑ localisation : District 2

MessageSujet: Re: La Moisson   Ven 17 Aoû - 0:27

Je devais le suivre, je ne voulais pas mais il le fallait, je savais ce qui allait arrive par la suite, j’allais entrer dans une pièce, moi qui était claustrophobe, cela n’allait certainement pas m’aider. J’avais l’air d’un robot, à suivre quelqu’un en qui je n’avais aucunement confiance et qui semblait très abrupte. Je le suivis et on m’emmena dans une salle, elle était petite et surtout j’étais seule face à moi-même. Mes parents allaient arrivés, mon frère. Toute ma famille allait me voir, tremblante et blanche comme un drap. Ils ne m’avaient jamais vue comme cela et je ne voulais pas qu’ils me voient.

J’étais assise parterre car je ne voulais pas être debout, je n’en avais pas l’énergie. J’entendis alors des pas précipités qui arrivaient rapidement, cela devaient être ma famille. Lorsque la porte s’ouvrit ma mère vint me serrer dans ses bras, elle pleurait à chaude larmes. Mon frère et mon père suivirent, tous me serraient dans leurs bras, je savais qu’ils m’aimaient beaucoup.

Mon père ce plaça alors devant moi et me dit droit dans les yeux :

«Ma chérie, je sais que tu ne m’apprécie aucunement ou nullement mais je veux que tu saches ceci, je t’aime du plus profond de mon cœur et c’est seulement aujourd’hui que je l’ai réalisé. Fais-nous honneur en c’est jeux, je veux que tu sois fière de ton district, nous allons tout faire pour t’aider, même si nous devons tout donner ce que nous avons.»


Mon frère vint par la suite, il avait les larmes aux yeux, ce que je n’avais jamais vue venant de lui, il soupira et me dit :

«Tu sais Lili? Je serais toujours fier d’être ton frère, tu sais ce que je t’avais dis avant la moisson? Si tu pars cette année reviens-nous en force et surtout plus mature que tu ne l’ai déjà, je ne te dirais pas la citation du capitol. Mais je te le dis clairement : «Aides-toi et les autres t’aideront». Ne lit aucunes amitiés avec les autres, la trahison est bien souvent meurtrière! Je t’aime!»


Nous n’avons pas besoin de dire la conversation que j’ai eu avec ma mère, c’étais beaucoup plus de larmes que de mots, et personnellement je n’ai presque pas compris ce qu’elle m’a dit.

L’heure était écoulée, c’étais l’heure de voir ma famille ce débattre pour rester quelques minutes de plus, je voyais la douleur dans leurs yeux, lorsqu’ils furent partit, la pièce devint noir comme-ci l’avenir n’était pas très lumineux. L’avenir était maintenant entre les mains de nos mentors et de mon entrainement…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

๑ posts : 27
๑ à panem depuis : 16/05/2012
๑ âge personnage : 19 ans
๑ localisation : Capitole, District 2

MessageSujet: Re: La Moisson   Mer 3 Oct - 6:24

Audrey avait observé le tirage des tributs, le visage dénué de toute émotion. Elle avait l'impression que son corps entier s'était figé, et que seul son esprit fonctionnait encore partiellement.
Elle avait observé Phillip Cameron tirer les noms, d'abord celui du tribut féminin, ("Honneur aux dames... La galanterie n'a pas de limite....") puis celui du tribut masculin. Le garçon paraissait plus jeune que la fille.
Elle les détailla un moment du regard, le temps qu'ils se présentent, puis elle les suivit lorsqu'ils rejoingnirent la mairie.
Cameron et elle passèrent l'heure suivante à patienter dans un petit salon. Audrey avait beau apprecier l'hôte, elle n'était vraiment pas d'humeur à discuter de quoi que ce soit avec qui que ce soit et le fit bien comprendre à son "ami" en s'enfermant dans un mutisme boudeur.

"Encore deux jeunes à entrainer et conseiller, et à voir mourir. De toute façon, ils oublieront tout mes conseils dès qu'ils seront dans l'arêne, comme les trois quart des tributs... Parfois, je me demande à quoi on sert, nous."


___________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



MessageSujet: Re: La Moisson   

Revenir en haut Aller en bas
 

La Moisson

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» presentation de benoît moisson
» II,1. la moisson du district cinq
» II,1. la moisson du district un
» (FB) La Moisson du Printemps [Quête]
» FETE DE LA MOISSON 2011 à PONTRU (02)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HUNGER GAMES → Forum de RPG :: the twelve districts of panem :: DISTRICT 2-
jQuery(document).ready(function() { jQuery('body').append('
'); } );